• MINES DE FAYMOREAU

    DES MINES DE CHARBON EN VENDEE

             Le bassin houiller de Faymoreau est un bassin houiller situé dans la commune de Faymoreau et les communes voisines dans le Sud-Est de la Vendée historique.

          

    DES MINES DE CHARBON EN VENDEE

    DES MINES DE CHARBON EN VENDEE

    DES MINES DE CHARBON EN VENDEE

                Une madame Delavau, veuve Defontaine, prétendait que son père avait découvert et exploité la houille dès 1775 à Puyrinsens (commune d’Antigny). Mais c’est officiellement dans les années 1820 que la houille aurait été découverte par Ignace Dobrée, conseiller général et maire de Chassenon. On assista à cette époque à une ruée vers le charbon. Ignace Moller et Thomas Dobrée (armateur à Nantes) projettent même l'installation de trois hauts fourneaux par pétition du 15 décembre 1827. Par ailleurs Eutrope Barthélémy de Cressac, ancien ingénieur en chef et ancien député, et Arnaud Désiré de La Fontenelle de Vaudoré, conseiller général des Deux-Sèvres, déposent en novembre 1826 une demande de concession. Une autre demande est faite par M. de la Termeilière au nom de la Sté des Mines et des Houillères. Cette demande portait également sur les gisements de fer de La Termelière en Vendée.

                Trois concessions sont accordées : LA BOUFFERIE (ou Bouffrie) par ordonnance royale du 1er février 1831 à MM de Fontanelle de Cressac, FAYMOREAU le même jour à MM Molier et Dobrée (puis Moller et Cie après la mort de T. Dobrée) et la concession de PUYRINSINS, instituée par ordonnance royale du 1er octobre 1833 sur 299 ha. Après plusieurs propriétaires successifs, cette dernière est acquise en 1910 par la société des mines de Faymoreau. Le décret de mutation ne sera publié que le 12 juin 1916. Elle est renoncée le 4 février 1935.

     

    DES MINES DE CHARBON EN VENDEE

             Son territoire est marqué économiquement, socialement, paysagèrement, écologiquement et culturellement par l'exploitation intensive de la houille entre la seconde moitié du XVIIIe siècle jusqu'au milieu du XXe siècle.

      

                Il ne reste pas grand chose de ce site historique, sauf peut-être l'hôtel, l'église, les ruines de la centrale électrique et les quelques bâtiments (première photo) dont le château d'eau.

     

    DES MINES DE CHARBON EN VENDEE

     

             Par contre certains ouvrages réalisés par les "Charbonnages de Vendée" comme les Corons, et la retenue d'eau de la Digue ont été bien recyclés.

          

    DES MINES DE CHARBON EN VENDEE

    DES MINES DE CHARBON EN VENDEE

    DES MINES DE CHARBON EN VENDEE

     


    14 commentaires
  •          C'était, sans doute un des physiciens les plus éclairés du 20éme et du 21éme Siècle !

    STEPHEN HAWKING


     

    STEPHEN HAWKING NE CROYAIT PAS EN DIEU

             Dans son livre posthume [Brèves réponses à de grandes questions], publié le 16 octobre dernier, le physicien aborde la question ultime : Dieu existe-t-il ?.........Sa réponse est Non !

    -- « Je pense que l’univers a été créé spontanément à partir de rien, conformément aux lois de la science »   

             Stephen Hawking avait une affinité particulière (comme beaucoup de physiciens) pour la théorie du Big Bang : L’idée selon laquelle toute la matière, l’énergie, l’espace (et donc le temps), auraient émergé il y a près de 14 milliards d’années. L’Univers aurait ensuite évolué en respectant des lois naturelles immuables. Ainsi la gravité, la relativité ou encore la physique quantique, entre autres, expliqueraient tout ce qui s’est passé, ce qui se passe et ce qui se passera dans l’Univers.

             Mais si celui-ci évolue ainsi de manière autonome en suivant une série de lois naturelles fixes, ne pourrait-on pas se demander si une origine divine aurait dans ce cas pu définir des conditions initiales afin que l’Univers puisse ensuite évoluer selon ces règles établies ? 

    STEPHEN HAWKING

     

     

    -- « Est-ce que Dieu a créé les lois quantiques qui ont permis au Big Bang de se produire ? Demanda un jour le chercheur. Je n’ai aucun désir d’offenser la foi de qui que ce soit, mais je pense que la science a une explication plus convaincante ».

             Le physicien se réfère ici à la mécanique quantique, cette science étrange et fascinante qui explique le comportement des particules subatomiques. Dans ce monde de l’infiniment petit, il n’est pas rare que des particules subatomiques telles que des protons et des électrons apparaissent de nulle part, puis disparaissent pour apparaître ailleurs. Si l’on part du principe que l’Univers « est né » d’une singularité de la taille d’une particule, alors il est probable que celle-ci se soit comporté de la même manière pendant le Big Bang, pensait Hawking. Pour ce qui est du terme « naître », le Big Bang ne semble pas être le début, mais plutôt la ligne d’horizon au-delà de laquelle on ne voit plus rien.

     -- « L’Univers lui-même, dans toute son étendue et sa complexité époustouflantes, aurait simplement pu surgir sans pour autant enfreindre les lois connues de la nature ».

             Mais une origine divine (entendez par là quelque chose qui nous échappe)  aurait-elle alors pu être à l’initiative de cette singularité ? Stephen Hawking pensait encore une fois que non. Il prend ici exemple sur la physique des trous noirs. Ceux-ci, comme l’Univers avant le Big Bang, se condensent en une singularité. En d’autres termes, au fond d’un trou noir se trouve un point de singularité où le temps n’existe plus. Ainsi, à la question de savoir ce qu’il s’est passé avant le Big Bang, Hawking répondait qu' il n’y avait pas de temps avant le Big Bang.

    STEPHEN HAWKING


     

    -- « Nous avons finalement trouvé quelque chose qui n’a pas de cause, parce qu’il n’y avait pas de temps pour une cause, écrivait-il. Pour moi, cela signifie qu’il n’y a aucune possibilité d’un créateur, car il n’y a pas de temps pour qu’un créateur ait existé ».

     


    24 commentaires
  •  EN  EST  L'E-ELT  EN  CETTE  FIN  2018 ?

    E-ELT (European Extremely Large Telescope) Bon ... Il y a quand même des travaux bien avancés en atelier comme la charpente, l'électronique, les motorisations et surtout les miroirs dont le grand de 39m de diamètre.

     

    E-ELT (European Extremely Large Telescope)   Moi, je n'ai que les vues d'artiste ! 

     

    Le programme ELT a été approuvé en 2012 et le feu vert pour sa construction a été donné fin 2014. La cérémonie de la pause de la première pierre s'est déroulée en mai 2017 en présence de la Présidente de la République du Chili. Sa première lumière est désormais attendue en 2024, moi je dirais plutôt en 2026 quand on voit l'état du futur propriétaire, l'EUROPE.

     

    E-ELT (European Extremely Large Telescope) " Le Cerro Armazones c'est la bas à 20km à vol d'avion ! " Dit un cadre de l'observatoire du Cerro Paranal ou se trouve les quatre géants fonctionnels (dans son dos) de 8,3m de diamètre du VLT.

     

    E-ELT (European Extremely Large Telescope)  Quand vous voyez le ciel comme çà, il y a beaucoup d'espoir !

     

    L'ELT va s'attaquer aux plus grands défis scientifiques de notre époque et il visera un certain nombre de premières, incluant la recherche de planètes similaires à la Terre gravitant dans la « zone habitable » d'autres étoiles, une zone où la vie pourrait exister - l'un des Saint Graals de l'astronomie moderne. Il réalisera aussi de « l'archéologie stellaire » dans les galaxies voisines, il apportera également des contributions fondamentales à la cosmologie en mesurant les propriétés des premières étoiles et des galaxies et il sondera la nature de la matière sombre et de l'énergie sombre. Au delà de ces aspects, les astronomes prévoient également l'inattendu.

     

    E-ELT (European Extremely Large Telescope)

     Toujours une vue d'artiste de l'E-ELT et des Quatre VLT à la même échelle !

     

     

    Comment çà marche ? Comme dirait Michel Chevalet ! 

    E-ELT (European Extremely Large Telescope)

     Schéma de l'E-ELT : La lumière est collectée en M1 miroir primaire, puis va en M2 miroir secondaire, et M3 miroir tertiaire, et M4 miroir déformable (optique adaptative), et M5 miroir renvoyant la lumière vers les plateformes instrumentales. A6 axe horizontal de la partie optique (hauteur), P7 plateforme instrumentale (x2), L8 lasers de l'optique adaptative (x6), P9 plateforme orientable (azimut), C10 contreventements sismiques.

     

    S'il y a une question qui vous taraude, dites le, je vais essayé de vous expliquer.

     

    Des questions nouvelles et imprévisibles émergeront certainement des découvertes faites avec l'ELT.


    14 commentaires
  • Le JAMES WEBB Spatial Télescope sera prêt pour 2021 !

    JWST Arrive, mais pas avant 2021 !

    Son miroir qui fait 6,5 mètres de diamètre, est beaucoup plus grand que celui du vieux Hubble (2m) !

    JWST Arrive, mais pas avant 2021 !

    JWST Arrive, mais pas avant 2021 !

        

    Il sera satellisé autour du soleil (au point de Lagrange L2) à l'abri des perturbations atmosphères mais pas des rayonnements solaires (d'où l'écran sous son ventre)

     

    JWST Arrive, mais pas avant 2021 !

    Le télescope spatial James Webb (anciennement appelé Next Generation Space Telescope ou NGST) est un télescope spatial développé par la NASA avec le concours de l'Agence spatiale européenne (ESA) et de l'Agence spatiale canadienne (ASC). Il doit succéder en 2021 au télescope spatial Hubble pour l'observation dans l'infrarouge mais ne permet pas, contrairement à celui-ci, d'observer le spectre lumineux dans l'ultraviolet et en lumière visible (tout deux observables par les télescopes au sol).

    JWST effectue ses observations dans l'infrarouge. D'une masse de 6.200 kilogrammes, il est doté d'un miroir primaire de 6,5 mètres de diamètre (contre 2,4 mètres pour Hubble) : son pouvoir de résolution atteint 0,1 seconde d'arc dans l'infrarouge (0,6 à 27 microns de longueur d'onde) et il peut collecter une image 9 fois plus rapidement que Hubble. La résolution de ses instruments doit être utilisée, entre autres, pour observer les premières étoiles et galaxies formées après le Bigbang et répondre à beaucoup de questions.

    Le projet, renommé en 2002 du nom du second administrateur de la NASA James E. Webb, est en fin de phase de conception et sera mis en service au printemps 2019. Le télescope doit être lancé par une fusée Ariane 5 depuis Kourou et sera positionné au point de Lagrange L2 du système Soleil-Terre, à 1,5 million de kilomètres de la Terre du côté opposé au Soleil. Pour conserver cette position, il est prévu que l'observatoire corrige périodiquement sa position à l'aide de petites poussées. Les réserves de combustibles prévues à cette fin doivent lui permettre de rester fonctionnel, en position, une dizaine d'années.

    [Wikipedia]

     

    Ne pensez pas que l'E-ELT (Le très grand télescope terrestre de diamètre 39m au chili, prêt pour 2024) soit déjà périmé, le JWST ne travaillera qu'en infrarouge et donc pas de belles photos grand public !


    20 commentaires
  •  

    REPLIQUES

    REPLIQUES

    REPLIQUES

    REPLIQUES

    REPLIQUES

    REPLIQUES


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique