• A BIENTÔT !


    8 commentaires
  • NOUS AURINS AIME Y VIVRE !   2/50

    NOUS AURINS AIME Y VIVRE !   2/50

    NOUS AURINS AIME Y VIVRE !   2/50

    NOUS AURINS AIME Y VIVRE !   2/50

    NOUS AURINS AIME Y VIVRE !   2/50

    NOUS AURINS AIME Y VIVRE !   2/50

    NOUS AURINS AIME Y VIVRE !   2/50


    8 commentaires
  • LES MUISCAS ou CHIBCHAS

    "LE MYTHE DE L'ELDORADO"

    Les Chibchas ou Tchibtchas ou Muiscas étaient une communauté précolombienne de l'actuelle Colombie, vivant autour de l'actuelle Bogota, conquise en 1536 par le conquistador Gonzalo Jiménez de Quesada, à la recherche de l'Eldorado.

    La langue muisca, fait partie de la famille chibchane s’étendant d’Amérique centrale (Costa Rica) au cap Guayaquil (à la frontière entre l’Équateur et le Pérou actuel).

    LES MUISCAS ou CHIBCHAS

     

    LES MUISCAS ou CHIBCHAS

     

    Cela commence à Bogota, en Colombie. Au Musée de l'or est exposée une des pièces qui alimente la légende : une sorte d'embarcation miniature avec, à son bord, un chef de tribu entouré de personnages... Le tout entièrement en or et très minutieusement ouvragé. L'objet a été trouvé en 1977 dans une grotte à 80 kilomètres de la capitale. Probablement sculpté avant l'arrivée des premiers conquistadores espagnols, il pourrait contenir la clé du mystère, selon les spécialistes.

    LES MUISCAS ou CHIBCHAS

     

    A la manière d'une enquête policière, ce documentaire fiction de Karl Jason (sur France 5) nous conduisait donc à la recherche de cette contrée perdue, dont les origines se confondent avec la conquête des Amériques par Christophe Colomb. Avec les outils et les connaissances d'aujourd'hui, les experts se penchent donc sur ce radeau en or. La représentation du chef, avec sa coiffe de plumes et ses anneaux dans le nez et les oreilles, permet d'attribuer la sculpture à la tribu des Muiscas. Encore faut-il que le professeur Michael Francis, de l'université de Floride, puisse consulter des manuscrits le confirmant. Pas de chance, les Muiscas ne pratiquaient pas l'écriture, et c'est donc en consultant les écrits des autres peuples que M. Francis obtient des informations.

    DESTINATION LES "INDES" 

    En 1536, une expédition très ambitieuse est mise sur pied à destination de ce qu'on croit être encore les Indes. Quelque 800 jeunes Espagnols, assoiffés d'or et d'aventure, débarquent sur le continent et suivent le cours du fleuve. Ils croisent les Muiscas, et s'aperçoivent que cette tribu a accès à une grande quantité d'or, qu'ils ne le cachent pas, et qu'ils en donnent facilement... "Les Espagnols étaient étonnés de voir que les Muiscas cédaient si facilement leur or", confirme Carl Langebaek, professeur à l'université des Andes.

    En réalité, si les Indiens distribuaient si facilement le métal précieux, c'est qu'ils pensaient ainsi voir les Espagnols quitter leur terre. Les conquistadores, eux, étaient convaincus que les Muiscas connaissaient l'emplacement d'une gigantesque mine d'or. La nouvelle se répand. En 1547, un Espagnol parle de cette tribu dont le chef est recouvert d'or des pieds à la tête, de cet homme en or, cet "Eldorado". C'est la première fois que le mot apparaît.

    En moins d'un an, trois expéditions partent pour explorer le territoire Muisca, en plein cœur de la Colombie d'aujourd'hui. Les archives relatent la prise par une expédition d'une gigantesque quantité de 770 kg d'Or et presque 2 000 émeraudes. La quête, bien sûr, ne va pas s'arrêter là. Sans quoi, l'Eldorado ne serait jamais devenu un mythe.

    LES MUISCAS ou CHIBCHAS Reconstitution des Cases Muiscas

     

    LES MUISCAS ou CHIBCHAS Ancienne gravure et vieille photos de Muiscas  !

     

    LES MUISCAS ou CHIBCHAS Les MUISCAS d'aujourd'hui !

     

    LES MUISCAS ou CHIBCHAS


    12 commentaires
  • RENDEZ-VOUS AU 10 MARS !

    RENDEZ-VOUS AU 10 MARS !

    RENDEZ-VOUS AU 10 MARS !


    16 commentaires
  • LE  CHARME  DU  PARC  ORIENTAL  JAPONAIS

             Au XVIIe siècle, Édouard-François Colbert (1633-1696), lieutenant général des armées du roi, frère de Jean-Baptiste Colbert, l'un des principaux ministres de Louis XIV, achète les restes de l'ancienne forteresse de Maulévrier et fait construire un nouveau château.

    LE  CHARME  DU  PARC  ORIENTAL  JAPONAIS

             Le parc est créé entre 1899 et 1913, et fait alors partie du domaine du château-Colbert, acquis de M. Guerry de Beauregard, veuf de la dernière descendante des Colbert, par le maulévrais Eugène Bergère, gendre du riche industriel choletais Pellaumail, en 1895.

    LE  CHARME  DU  PARC  ORIENTAL  JAPONAIS

             Le concepteur de cet espace en est l'architecte parisien Alexandre Marcel (1860-1928), concepteur du pavillon du Cambodge à l'Exposition universelle de 1900, qui venait tout juste d'épouser la fille de Bergère, Madeleine. Ainsi, il habite souvent dans le château, dont il refait les décors et peut superviser l'aménagement paysager d'inspiration japonaise.  

    LE  CHARME  DU  PARC  ORIENTAL  JAPONAIS

             Après sa mort, son épouse continue à y résider jusqu'à son propre décès en 1945, après quoi le parc tombe dans la désolation pendant 40 ans. Le parc est cédé en 1945 et 1954.

     

    LE  CHARME  DU  PARC  ORIENTAL  JAPONAISLa touche automnale !

     

    LE  CHARME  DU  PARC  ORIENTAL  JAPONAISAprès un bon dîner au Château Colbert, une promenade de nuit !

     

             Le parc fête ses trente ans d'ouverture au public en 2015. À cette occasion elle accueille une exposition itinérante retraçant la période 1985-2015.

    [Wikipedia]

     

    Au printemps, le parc fête l'HANAMI, c'est-à-dire la floraison des arbres fruitiers, notamment des cerisiers.

    LE  CHARME  DU  PARC  ORIENTAL  JAPONAIS

     Le parc oriental de Maulévrier est un jardin japonais situé à Maulévrier en Maine-et-Loire en France.

    LE  CHARME  DU  PARC  ORIENTAL  JAPONAIS

    LE  CHARME  DU  PARC  ORIENTAL  JAPONAIS

       Le parc oriental, traversé par la Moine, se situe au sud du bourg et du château de Maulévrier. Il est limité à l'ouest par le viaduc qui permet à l'ancienne ligne ferroviaire de La Possonnière à Niort de traverser la Moine, et à l'est par route départementale 20 venant de Saint-Pierre-des-Échaubrognes.

    LE  CHARME  DU  PARC  ORIENTAL  JAPONAIS

     


    17 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires